Orient

Orient

Orient

Mille ans de poésie et de peinture

200 miniatures et peintures du XIIIᵉ au XXᵉ siècle.
1 volume broché sous jaquette, 336 pages, 19 X 26 cm.

Ce livre rassemble pour la première fois les plus beaux poèmes de la littérature arabe, persane et turque. 200 miniatures et peintures du XIIIᵉ au XXᵉ siècle, sélectionnées pour leur splendeur dans les collections du monde entier, illuminent les poèmes.

Le Livre

Aristocrate conversant avec un jeune derviche, Collection du prince Sadruddin Aga Khan, Genève. © Aga Khan Trust for Culture, Genève.

Aristocrate conversant avec un jeune derviche, Collection du prince Sadruddin Aga Khan, Genève.
© Aga Khan Trust for Culture, Genève.

Rassemblant pour la première fois dans un même recueil la poésie arabe, persane et turque, cet ouvrage invite à la découverte de l’Orient depuis la péninsule Arabique jusqu’aux régions frontalières de l’Inde. Le thème de l’amour, sensuel ou mystique, y est omniprésent. Illustrée par 200 miniatures et peintures du XIIIe au XXe siècle, cette anthologie propose au lecteur un voyage poétique à travers les jardins enchantés, les fêtes princières, le désert peuplé d’animaux sauvages, où se croisent derviches, princesses, courtisanes, musiciens, conquérants.

L'Iconographie

Aristocrate conversant avec un jeune derviche, Collection du prince Sadruddin Aga Khan, Genève. © Aga Khan Trust for Culture, Genève.

Aristocrate conversant avec un jeune derviche, Collection du prince Sadruddin Aga Khan, Genève.
© Aga Khan Trust for Culture, Genève.

200 miniatures du XIIIᵉ au XVIIIᵉ siècle

Près de 200 œuvres tirées de manuscrits prestigieux ont été sélectionnées parmi les plus belles collections mondiales (Bibliothèque nationale de France, Metropolitan Museum, British Library, Musée du Caire, palais Topkapi, Musée de Damas, Fondation du prince Sadruddin Aga Khan...).

Inspirées souvent par les épopées des rois, par la vie du prophète Mahomet ou par les grands romans d’amour, chargées de symboles et d’allégories, les miniatures choisies font écho à la force évocatrice des textes et donnent à voir les mythes et les récits fondateurs des civilisations orientales.

Dans ce voyage poétique à travers les jardins enchantés, les fêtes princières ou le désert peuplé d’animaux sauvages, se croisent couples d’amoureux, derviches, princesses, courtisanes, ermites, musiciens, conquérants..., en un raffinement de couleurs et de formes dont la beauté enchante.

Les titres courants

Des titres courants précisant la langue d’origine du poème et présentant le siècle et la ville de naissance du poète, constituent un repère chronologique, géographique et culturel immédiat. Ils sont illustrés de motifs décoratifs extraits d’un manuscrit du Coran de S.M. Hassan II, conservé à la bibliothèque al-Hassania de Rabat au Maroc.

Le Texte


Khosrow et Shirin en compagnie du marchand de poissons, page du Livre de la Sagesse d’Iskandar de Djâmi, Freer Art Gallery, Washington. © Freer Gallery of Art, Smithsonian, Washington.

Khosrow et Shirin en compagnie du marchand de poissons, page du Livre de la Sagesse d’Iskandar de Djâmi, Freer Art Gallery, Washington.
© Freer Gallery of Art, Smithsonian, Washington.

Quinze siècles de tradition poétique

Les trois grandes cultures arabe, persane et turque ont chacune suivi une évolution similaire dans le développement des arts. Le nomadisme puis l’importante tradition orale ont fait fleurir la poésie bien en tout premier. Suivant les époques, les conquêtes et les dominations, les peuples du Moyen-Orient parlent l’une des trois langues. La présentation des poèmes dans l’ordre chronologique illustre ces interrelations et ces successions d’influences.

Une formidable interpénétration des cultures

« Et les oiseaux muets, à la bouche scellée, / En grec et en hébreu se sont mis à parler. / Là un bel oiseau chante une chanson de Perse, / Là un autre fredonne en arabe ses vers. »

Comment exprimer mieux que par ces vers de Manutchehri, grand maître du panégyrique persan à la cour des princes ghaznavides au XIᵉ siècle, cette formidable interpénétration des cultures qui caractérise la poésie de l’Orient et constitue l’une de ses spécificités ? De siècle en siècle, les enrichissements et apports mutuels entre les civilisations arabe, persane et turque ont contribué à l’immense rayonnement culturel que nous leur connaissons aujourd’hui.


Attribué à Sâdeqî-Beg, Mihrab et Siyâvosh le Géorgien, Fereydun s’entretient avec le délégué de Salm et Tur, page du Shâhnâmeh de Ferdowsi, Collection du prince Sadruddin Aga Khan, Genève. © Aga Khan Trust for Culture, Genève.

Attribué à Sâdeqî-Beg, Mihrab et Siyâvosh le Géorgien, Fereydun s’entretient avec le délégué de Salm et Tur, page du Shâhnâmeh de Ferdowsi, Collection du prince Sadruddin Aga Khan, Genève.
© Aga Khan Trust for Culture, Genève.

Un hommage à l’Orient

Les 110 poèmes du VIᵉ au XXᵉ siècle que nous avons choisi de présenter couvrent quinze siècles de tradition poétique et invitent à la découverte de l’Orient des poètes et des peintres, depuis la péninsule Arabique jusqu’aux régions frontalières de l’Inde. Le thème de l’amour, mystique ou charnel, amour des êtres ou amour de la nature, est très présent, entraînant le lecteur de Damas à Bagdad, de Samarkand à Hérat, à Tabrîz puis à Istanbul.

Ce recueil rend hommage à l’Orient, dont la poésie est au centre de la vie, à sa culture d’une très grande richesse, qui fascine et enchante depuis la nuit des temps.


Rezâ-yéʽAbbâsi, Femme assise sur une branche, Free Library, Philadelphie. © Free Library, Philadelphie.

Rezâ-yéʽAbbâsi, Femme assise sur une branche, Free Library, Philadelphie.
© Free Library, Philadelphie.

« Par-delà l’Orient et l’Occident : paroles et visions du cœur », préface de Pierre Lory

Directeur d’études à l’École pratique des hautes études, Pierre Lory est spécialiste de la littérature d’Orient. Il présente dans une préface claire et détaillée les fondements et les évolutions des poésies arabe, persane et turque à travers une analyse de leurs contextes culturels, historique, géographique et religieux. Cette préface révèle la manière dont ces trois cultures se croisent et s’interpellent pour ne faire plus qu’une, particulièrement perceptible dans la dynamique du verbe poétique. En illustrant son propos de nombreux extraits de poèmes, Pierre Lory permet de mieux appréhender la poésie et la culture d’Orient.


« Brève introduction à la peinture islamique », par Michael Barry

Michael Barry, chargé de cours au département d’études proche-orientales de l’Université de Princeton aux États-Unis est l’un des plus grands spécialistes de l’Afghanistan et de l’Iran. Sa préface rappelle les grandes évolutions de la peinture islamique à travers les siècles, permettant de comprendre de quelle manière les peintres figuratifs arabes, persans et turcs se sont exprimés dans les capitales impériales successives, en s’enrichissant mutuellement. L’esthétique musulmane, ses codes, sa valeur symbolique et ses évolutions nous deviennent ainsi plus familiers. L’auteur souligne également la résonance entre les poèmes et les miniatures d’Orient, et par là même la révélation que constitue ce livre : « Les peintres de l’Islam classique ont commenté de la manière la plus complice et intime, et d’un regard infiniment plus averti que le nôtre, les poèmes de leur propre civilisation. »


Attribué à Mohammad-Sharif Mosawwer, Portrait d’une princesse entourée de scènes champêtres, Freer Art Gallery Washington. © Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution, Washington.

Attribué à Mohammad-Sharif Mosawwer, Portrait d’une princesse entourée de scènes champêtres, Freer Art Gallery Washington.
© Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution, Washington.

La traduction des poèmes arabes par André Miquel

Une quarantaine de poèmes traduits par André Miquel ont été choisis, en étroite collaboration avec lui. Grand spécialiste français de l’Islam et de l’arabe, professeur honoraire au Collège de France (chaire de langue et littérature arabes classiques), André Miquel a traduit pour « La Pléiade » Les Mille et Une Nuits. Ses traductions sont estimées pour leur beauté et leur fidélité à l’arabe : refusant le compromis, il attache une importance égale au sens et à la sonorité.

La traduction des poèmes persans par Leili Anvar et Christophe Balaÿ

Les poèmes persans ont été spécialement traduits pour cet ouvrage par Leili Anvar, maître de conférences en langue et littérature persanes à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco) à Paris. D’origine iranienne, spécialiste de la poésie persane mystique, elle étudie et traduit tout particulièrement l’œuvre de Rumi. Elle a également réalisé la magnifique traduction du Cantique des oiseaux d’Attâr.

Christophe Balaÿ, professeur d’université à l’Inalco, auteur et traducteur de nombreux ouvrages sur la littérature persane, a traduit les poèmes persans contemporains.


La traduction des poèmes de cour turcs par Resad Nouri Darago

Les poèmes turcs du divan, c’est-à-dire les poèmes de cour, ont été traduits par Resad Nouri Darago. Professeur de français à l’Université d’Istanbul et d’Ankara, rédacteur en chef d’un quotidien francophone de Turquie, il a vécu à Istanbul jusqu’à sa mort en 1965.

La traduction des poèmes turcs contemporains par Resad Nouri Darago

Guzine Dino, professeur honoraire de littérature turque à l’Inalco, a traduit la poésie populaire turque.

Les biographies des poètes

Une biographie de chaque poète est présentée en face de son œuvre afin que le lecteur, au fur et à mesure de la découverte des poèmes, en connaisse les auteurs et les situent dans le temps et l’espace culturel.

Les commentaires iconographiques

Les commentaires iconographiques donnent des informations précieuses sur les manuscrits les plus importants, les grands peintres ou les personnages et histoires mythiques qui ont le plus inspiré les artistes.


Adam et Ève, Freer Art Gallery, Washington. © Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution, Washington.

Adam et Ève, Freer Art Gallery, Washington.
© Arthur M. Sackler Gallery, Smithsonian Institution, Washington.

Les annexes

À la fin du volume, un glossaire, une chronologie historique, une carte des principaux foyers culturels et des repères géographiques permettent de mieux appréhender cette culture millénaire.

Un glossaire définit les termes liés à la poésie, à la vie religieuse et à la vie politique. Il intègre également les dynasties, les courants mystiques, les lieux et les plus grands personnages et conquérants de l’histoire des civilisations d’Orient.

Une carte des principaux foyers culturels permet de situer les grands centres de création artistique au Proche et au Moyen-Orient : Ispahan, Samarkand, Izmir, Hérat, Tabrîz... et donne les repères géographiques indispensables.

Une chronologie rappelle l’histoire des peuples arabe, persan et turc, des débuts de l’islam à la guerre en Irak. Elle permet de replacer dans son contexte la création littéraire et artistique, entre prises de pouvoir, apogées des empires successifs, conquêtes, guerres de religions et d’indépendance.

Revue de Presse

Un livre rare, par la richesse de son contenu et de sa présentation. Une maquette épurée, aérée et rythmée, jouant les résonances entre textes et images, ajoute au raffinement de cet album exceptionnel.

Le Quotidien du médecin, Martine Freneuil

C’est l’Orient de la légende qui s’ouvre ici, le domaine des Mille et Une Nuits, témoin d’une culture hédoniste et tolérante, aux antipodes de celle imposée par l’Islam d’aujourd’hui.

Spectacle du monde, Gérard Olivier

Les miniatures ont été sélectionnées dans les plus belles collections du monde et l’information ne cède jamais à l’esthétisme. Chapeau bas devant ce coup de maître !

Les Échos, Emmanuel Hecht

Un ouvrage sublimement illustré, et qui parvient à ressusciter la magie d’une civilisation dans son raffinement et son mystère.

Le Magazine littéraire, Tâm Van Thi

Il se dégage de cet ouvrage une sensualité raffinée et une sublime intelligence du monde.

La Croix, Jean-Claude Raspiengeas

Un bel hommage à cette culture qui fascine et enchante depuis la nuit des temps.

La Tribune des arts, Michel Bonel

Des miniatures inspirées par les épopées des rois, la vie du prophète Mahomet ou des romans d’amour. On ne se contente pas de contempler les images, on entre avec bonheur dans les poèmes.

Madame Figaro, Laurence Mouillefarine

Jamais livre d’art ne tomba plus à point. En cette époque déchirée, Orient, Mille ans de poésie et de peinture ravive l’espoir par son raffinement et sa beauté. Un livre magistral.

Télérama, Fabienne Pascaud

Une superbe anthologie de poésie et de peinture d’Orient.

Art absolument, Louis Lambert